Marc Coma sans surprise, Vladimir Vasiliev s’invite…

03/10/2011

Le Rallye des Pharaons est parti pour six jours, du pied des Pyramides à Tibniya (470 km), la première traversée du désert égyptien de ce jour, comportait de nombreuses difficultés selon les acteurs. Coup dur pour ‘Chaleco’ Lopez à moto et pour Boris Gadassin en autos.

La course moto a déjà son maître en la personne de Marc Coma. L’Espagnol a ouvert la piste dans le secteur sélectif long de 356 km. De suite dans le vif du sujet, le catalan a fait preuve d’une parfaite maîtrise et du terrain et de sa KTM qu’il n’avait plus piloté depuis le Rallye de Sardaigne. Derrière, ce fut la guerre… avec un Jordi Viladoms particulièrement véloce au guidon de sa Yamaha. L’espagnol, ex-équipier de Coma, accidenté sur le Rallye de Sardaigne a démontré ses dispositions en terminant deuxième. Il précède le Polonais Jakub Przygonski (KTM 450) et, le leader du Championnat du Monde, Helder Rodrigues (Yamaha 450) pour qui la journée fut sans histoire.

Coup dur pour ‘Chaleco Lopez’ au km 260, l’embrayage de son Aprilia a refusé tout service alors qu’il se battait à la tête de la course avec Marc Coma et Jakub Przygonski.

En autos, la surprise du jour est offerte par le Russe Vladimir Vasiliev sur un Proto G-Force (Nissan pick-up de 7 litres) auteur d’un chrono inégalable. Royal dans le parcours, il laisse Jean-Louis Schlesser, détenteur de la victoire 2010 à trente secondes. En remportant cette étape 1, l’équipage russe aura demain, la lourde charge d’ouvrir la piste devant le français.

Miroslav Zapletal (BMW X3) signe le troisième chrono à la barbe du Toyota VDJ200 du japonais Jun Mitsuhashi associé au français Alain Guehennec.

Par la perte de deux cylindres, Boris Gadassin a limité les dégâts sur le parcours et s’octroie une cinquième place à 27’48’’ de ses compatriotes et vainqueurs.

Ils ont dit…

MOTOS

Marc COMA (KTM), vainqueur : « Une journée intéressante par la variété du terrain et peu facile pour une mise en jambe. Pas mal de navigation, beaucoup de hors-piste, du rapide, des dunes… Tout était concentré sur cette spéciale. Une journée pour prendre le rythme, un très bon feeling d’entrée avec ma KTM. Le soleil au zénith rendait la visibilité du terrain difficile, il fallait donc être prudent. »

Jordi VILADOMS (Yamaha) 2ème : « Je suis content de revenir en rallye-raid après mon accident au rallye de Sardaigne. Cette première étape je l’ai assuré calmement. La Yamaha a bien fonctionné, nous y avons apporté quelques petites modifications. Le travail le plus important a été opéré sur le moteur. C’est la raison pour laquelle je suis ici pour le mettre dans les pires conditions jusqu’à sa casse si cela devait subvenir. »

Jakub PRYZGONSKI (KTM 450) 3ème : « A mon goût, la spéciale était dangereuse. Des trous, des pierres, des pièges… pour une première spéciale et depuis trois ans que je viens ici, c’est la première fois que je vis cet état de fait. J’ai roulé avec Marc (Coma) et Helder (Rodrigues) durant une grande partie de la journée. »

Marek DABROWSKI (KTM 450) 5ème : « C’est la toute première fois que je dispute une spéciale avec une 450, j’ai trouvé ça, super ! Cette nouvelle génération de moto donne de nouvelles sensations. J’ai vraiment pris beaucoup de plaisir à la piloter du fait de son poids. Les Pharaons sont un excellent entraînement avant le Dakar, je roulerais avec ce modèle. »

AUTOS

Vladimir VASILIEV (Proto G-Force), vainqueur : « Je craignais le sable par manque d’expérience. J’ai évité de rouler trop vite pour ne pas commettre d’erreurs dès le premier jour. J’ai dépassé plusieurs concurrents sur le secteur, cela n’était pas trop difficile parce que le vent dégageait la poussière nous permettant une totale visibilité. »

Jean-Louis SCHLESSER (Buggy) 2ème : « Pas évident cette première étape, très difficile en navigation. Nous avons ouvert la piste et avons réfléchi… J’ai adoré le décor. Konstantin a très bien bossé. »

Miroslav ZAPLETAL (BMW X3) 3ème : « Schlesser nous colle déjà plus de dix minutes ! Ce n’est pas grave car, aujourd’hui j’avais décidé de me rouler sagement car, nous avons une seule voiture d’assistance et, nous manquons de pièces. L’étape nous a sacrément secoués, elle était dure et comportait de la navigation, nous nous sommes même perdus après trois kilomètres… »

Boris GADASSIN (Proto G-Force) 5ème : « Je ne suis pas content de ma journée. Mon proto a perdu 2 cylindres sur la liaison entre les Pyramides et le départ de la spéciale. Nous sommes parvenus malgré tout à prendre un peu de plaisir sur la spéciale. »