Coma – Rodrigues: match nul !

06/10/2011

La 4ème étape du rallye des Pharaons pourrait être baptisée : “le circuit de Farafra”. En boucle, la spéciale longue de 339 km a été majoritairement vite avalée par tous les concurrents sous une chaleur caniculaire.

Il s’est passé beaucoup d’évènements aujourd’hui dans la catégorie motos. Tout d’abord, Marc Coma ouvreur ce matin retrouvait ses compagnons au CP1 : Rodrigues suivi comme son ombre par Viladoms. Ces deux compères s’étaient rattrapés quelques kilomètres auparavant puis, ils ont roulé ensemble. Si, les trois adversaires ont franchi de nouveau la ligne d’arrivée ensemble, c’est Helder Rodrigues qui remporte la spéciale devant ‘Chaleco’ Lopez. Le Chilien s’est arrêté une trentaine de kilomètres avant lepoint stop pour s’assurer que dans sa chute, le Danois Jes Munk pouvait poursuivre la course.

Jakub Przygonski a roulé en solo, il termine troisième. Le Polonais maintient la quatrième place du général.

Jes Munk s’est offert un sacré ‘volume’ dans le sable, sur un rythme trop rapide, il a confondu une marche et une dune. « C’est le métier qui rentre » a t’il expliqué en guise d’excuse. Beau match entre deux italiens, Andrea Mancini (Aprilia) et Luca Viglio (Honda), les deux compatriotes se chipotent la 8ème place du général. Quant à Oscar Polli, c’est une journée sans problème qu’il conclut à la 11ème place.

Deux victoires pour Marc Coma, deux pour Helder Rodrigues, Espagne – Portugal : 2 à 2 !

Jun Mutsuhashi s’accroche !

Si Jean-Louis Schlesser poursuit son récital, le Japonais Jun Mitsuhashi ne lâche rien. Dans cette spéciale considérée courte, le Toyota VDJ 200 (T2) accuse un retard de 11mn 16 sur le vainqueur. Les deux machines ne courent pas dans la même catégorie et, l’équipage Jun Mitsuhashi-Alain Guéhennec épate quotidiennement. Dans ce secteur, le français Alain Guehennec donne la recette de cette réussite. « Ce matin, à la fraîche, nous avons gonflé les pneus du Toyota à 1.2 kilos. Ensuite, Jun a roulé sur un bon rythme comme les trois précédents jours, nous ne nous sommes jamais arrêtés. Après le départ, nous apercevions le Buggy de Jean-Louis (Schlesser), il ressemblait à une loupe mais cela na pas duré longtemps ! » plaisante Guehennec.

Se classe troisième de la journée, le Roumain Costel Casuneanu sur Mitsubishi Pajero. Pas encore à pareille fête, il se disait satisfait de la journée passée dans les dunes et sans problème. Boris Gadasin (G-Force) signe le quatrième chrono devant Vadym Nesterchuk (Mitsubishi) et Roberto Camporese (Nissan).

Demain, les concurrents effectueront la 5ème longue entre Sahl Baraka et Tibniya, un parcours long de 541 km et comportant 444 km de spéciale.

ILS ONT DIT

MOTOS

Marc Coma (KTM) : « Une journée sans complication. Je suis resté serein durant l’étape, sans prendre de risque. Maintenant, je gère la course et j’espère maintenir cette gestion jusqu’au bout. C’était une étape avec de grands espaces, un vrai désert en somme. »

Jordi Viladoms (Yamaha) : « Une étape très agréable pour rouler, elle comportait du sable et des ondulations. Pratiquement dans du hors-piste, Helder (Rodrigues) m’a remonté au km60. Après le CP1, nous étions trois, Marc (Coma) s’était joint à nous. Nous sommes arrivés ensemble. Une bonne journée pour tester les suspensions. »

Helder Rodrigues (Yamaha) : « Une étape facile mais très technique. Un secteur à couvrir rapidement avec des dunes. J’ai rattrapé mes compagnons, Jordi tout d’abord puis Marc et parfois, ils m’ont laissé ouvrir la piste, c’est instructif. »

Jes Munk (KTM) : « Dans une montée, je suis tombé car, je roulais au dessus de mes limites. Mon manque d’expérience est sûrement la cause, je me sentais trop bien donc, je roulais vite. J’ai un peu mal à la tête mais, demain sera un autre jour. »

‘Chaleco’ Lopez : « Hier soir, nous avons monté sur l’Aprilia, le moteur que j’utilisais l’année dernière. Cela m’a permis de couvrir l’étape en confiance. J’ai relevé Jes (Munk) qui était au sol à 30 km de l’arrivée. J’ai vérifié qu’il se sentait bien, j’ai remis sa moto sur ses roues et je lui ai conseillé d’attendre avant de repartir… »

Oscar Polli (KTM) : « Enfin une bonne journée. Une bonne étape égyptienne et pour la première fois depuis le début du rallye, sans problème. J’ai bien roulé. »

AUTOS

Jean-Louis Schlesser (Buggy 2 roues motrices) : « La plus grosse difficulté de la journée, les 90 premiers kilomètres. Nous avions le soleil dans le dos, ce qui gommait totalement le relief de la piste. Puis, nous avons évolué dans une grande mer de sable, au cœur de très beaux paysages que tu enregistres uniquement dans ta tête. Sans quoi, l’étape était roulante, il fallait toutefois être prudent car elle avait de la variété. »

Boris Gadasin (G-Force) : « Comme la veille, j’ai cru que si je roulais moins vite, cela serait plus payant. Mais aujourd’hui, il y avait une dizaine de km de cailloux et malgré tout, j’ai crevé. A 30 km de l’arrivée, il y avait une dune, le proto a piqué du nez dans la descente. Notre but dans cette course est d’apprendre à gérer notre vitesses selon les terrains. »

Vladimir Vasiliev : « J’allais trop vite et, à la réception d’une dune cassée, j’ai volé sur 6 mètres. A l’atterrissage sur la roue avant droite, la suspension s’est cassée. »