Jean-Louis Schlesser ajoute une rose des sables !

08/10/2011

Leader intraitable de ce Rallye International des Pharaons, Jean-Louis Schlesser est un pilote hors normes. La soixantaine bien frappée, le concepteur-pilote ne cesse d’allonger, année après année, le palmarès déjà vertigineux de son fameux Buggy bleu. Car Schlesser, c’est près de 200 victoires en Sport Automobile, dont la moitié en rallye tout terrain, principalement sur le sol africain. Deux victoires mémorables au Dakar, trois sur l’Africa Eco Race. Ajoutons-y huit titres mondiaux toutes catégories confondues et vous aurez compris que pour le « boss », la légende se dessine en lettres d’or sur les vastes étendues du continent noir.

« Une de plus » lâcha-t-il en descendant de son Buggy, arrêté aux pieds des Pyramides alors que tous les micros se tendent vers lui.

Au terme d’une semaine sans problème techniquement, pas plus dans l’habitacle, Jean-Louis et Konstantin ont laissé des miettes à la concurrence. La première étape est revenue au Russe Vladimir Vasiliev, les cinq autres appartient à Schlesser qui, chaque jour creusa un réel fossé puis un gouffre face à la concurrence.

Ils se sont essoufflés à force de le chasser, partant à la faute, le cas encore aujourd’hui pour Boris Gadasin dont le proto G-Force partait en tonneau. Quant à Jun Mitsuhashi (Toyota) confortablement installé à la deuxième place du général avec un grand écart sur le troisième Gadasin, la courroie de distribution a lâché au beau milieu de la dernière spéciale, entraînant l’équipage (avec le français Alain Guehennec) à l’abandon.

Finalement, le tiercé auto de cette 14ème édition est totalement inattendu : Schlesser – Zhiltsov précèdent Le Mitsubishi L200 de Vadym Nesterchuk-Laurent Litchtleuchter et le G-Force de Boris Gadasin – Shchemel.

ILS ONT DIT…

Jean-Louis Schlesser (Buggy) : « Je suis très heureux de cette deuxième victoire consécutive en Egypte. On peut sans doute parler de sans faute, mais je peux vous dire que ce ne fut pas facile tous les jours. Il a fallu passer les difficultés, kilomètre après kilomètre, sans jamais se déconcentrer. Une banale erreur et tout pouvait basculer très rapidement. Konstantin a fait du super boulot et a été très sollicité chaque jour car la navigation était aussi un facteur déterminant. Le tracé de cette édition était très varié et quelques unes des étapes pouvaient être qualifiées de véritables étapes « africaines » dans le plus positif sens du terme. Du rallye raid comme je l’aime… Cette victoire me fait très plaisir pour toute mon équipe bien sûr mais aussi pour mes partenaires que je remercie de leur confiance. Prochaine étape, la quatrième édition de l’Africa Eco Race, un départ de France pour arriver à Dakar en janvier ! »

Laurent Litchtleuchter (Mitsubishi L200) : « C’est magique de terminer 2ème. La semaine s’est remarquablement déroulée, zéro problème mécanique, éro faute de navigation. Nous sommes restés réguliers et au bilan, c’est payant ! Nous sommes super heureux par ce résultat avant notre prochaine course, le Dakar. Nous prévoyons des essais à Dubaï en décembre mais avec un Toyota T2 avec lequel, Vadym a l’intention de disputer la Coupe du Monde en 2012. »

Costel Casuneanu (Mitsubishi Pajero MPR13): « En abordant le secteur des dunes, environ 40 km après le départ, quelqu’un nous a indiqué un endroit où passer pour éviter sans doute une autre voiture (nous apprendrons plus tard qu’il s’agissait de Gadasin parti en tonneau). Malheureusement, nous nous sommes retrouvés bloqués entre deux dunes, dans une cuvette très profonde. Pendant deux heures nous avons essayé de nous dégager en vain. Finalement, Marco Piana est arrivé et très gentiment, nous a aidés à sortir de ce piège. Il a quand même mis une bonne trentaine de minutes… Nous avons pu repartir et rejoindre Le Caire avec beaucoup de soulagement. »

Boris Gadasin (Proto G-Force) : « Dans le premier secteur de dunes, nous avons abordé une grande montée, peut-être un peu vite et de l’autre côté, la dune était cassée… Nous sommes partis en tonneau pour finir sur le côté droit. Nous avons attendu notre T4 et réparé, notamment les suspensions pour pouvoir repartir. Nous avons rejoint Le Caire en gardant notre 3ème place, c’est ça la performance ! »

Ilya Kuznetsov (Toyota) : « La course est enfin terminée ! C´était difficile et cette dernière journée est certainement la meilleure que nous avons vécue durant la compétition. Les problèmes techniques nous les avons cumulés ! Aujourd´hui, la roue a tourné. Maintenant, nous pouvons fêter le titre de vainqueur de la Coupe du Monde FIA en catégorie T2 ! »